Moi et l'Express

Publié le par Milan

On va encore me dire que je suis parano.

Mais c'est déjà la deuxième fois que je retrouve dans mon journal favori, l'Express, un article consacré à un thème que j'ai abordé dans mon blog peu avant...

Cette fois, il s'agit des artistes ; vous vous souvenez peut-être de ce post où j'essayais de vous expliquer pourquoi les artistes étaient (à mon sens) des marginaux improductifs mais subventionnés (à relire ici). Eh bien je retrouve, avec surprise, dans l'Express cette semaine un article (excellent) intitulé Les artistes sont les nouveaux aristocrates.


Etonné et ravi, je retrouve un thème un peu similaire, développé avec brio par une chercheuse du CNRS (elle-même bel exemple d'improductivité subventionnée). Evidememnt, c'est toujours frustrant de trouver dans la bouche d'un autre des phrases et des idées qu'on avait dans la tête, mais que l'on ne parvenait pas à formuler complètement.

Ceci dit, moi aussi j'aurais très bien pu mener l'enquête et écrire un livre, si on m'avait payé pour ça (c'eût été avec plaisir !) et j'aurais abouti à peu près à la même chose.


Ainsi, la chercheuse Nathalie Heinich a su mettre le doigt (avec brio, je le répète) sur plusieurs phénomènes que je trouve passionnants et tellement, tellement vrais - je cite :

 

« Artiste, cela devient une identité qui, dans les bonnes familles, permet d'accepter un certain déclin. (...) Aujourd'hui encore, si un enfant ne réussit pas sa scolarité, on espère le voir se lancer dans le cinéma ou la production. C'est toujours une façon de ne pas décliner socialement. »

Oui, et plus frappant encore, j'ai pu remarquer en fréquentant l'une des écoles d'art les plus réputées que les élèves étaient majoritairement issus de milieux très bourgeois. Ils cultivaient d'ailleurs le paradoxe sans problème : je suis un jeune artiste rebelle, mes parents sont banquiers, ils me payent un super duplex dans le VIème (seuls les duplex sont assez lumineux pour peindre)

« Le don d'artiste est inné, exactement comme l'aristocratie. «On naît artiste», dit Jules Janin. Mais, valeurs de la Révolution obligent, ce don n'est rien si on ne le cultive pas. Le modèle de l'artiste est donc un magnifique compromis entre le privilège aristocratique et le mérite bourgeois »

D'autant plus que pour être vraiment estampillé "artiste", il faut de plus en plus réaliser un parcours académique impeccable (prépas, grandes écoles, etc...). Mais il faut en plus avoir les moyens financiers pour s'assurer une vie correcte dans un secteur précaire par nature... autrement dit il vaut mieux avoir une famille riche qui assure le loyer derrière...

« A l'avant-gardisme esthétique correspond désormais un avant-gardisme socio-politique : l'artiste se doit d'être progressiste, du côté du peuple, même si, dans la réalité, ses innovations sont généralement élitistes. »

Là c'est plus discutable... Ca devient vrai si l'artiste est aspiré dans le microcosme jet-set de l'art "riche" : à ce moment-là, il devient à la fois un artiste et un placement financier (pour ses sponsors, pour les galeries, pour les critiques...) 

« Là encore, on suit le modèle de la singularité de l'artiste, fondé au XIXe siècle: il faut innover à tout prix. Mais, à l'évidence, il y a désormais un conformisme de l'anticonformisme. On l'a vu l'an dernier au Festival d'Avignon, la transgression est devenue une norme obligatoire. Se mettre nu sur scène est une sorte de standard. »

Franchement, qui est encore choqué par une bite dans une expo d'art contemporain ? Ca devient absolument banal.  
De même, les idéaux gauchistes, libertaires et alter-mondialistes sont la norme politique absolue du petit monde artistique, sa mini-pensée unique à lui.

Pourtant, un artiste sarkozyste, ça, ça serait vraiment transgressif...


Publié dans 1mec1fille

Commenter cet article

King Arthur 16/05/2006 10:56

Tiens c'est marrant, j'en connais un dans le même genre (j'espère que ce n'est pas le même !) : l'artiste maudit auto-proclamé, pour qui aucun job n'est assez bien, et qui attend aigri l'heure de la revanche ("je leur prouverai à tous ces connards que je suis un génie incompris !")....

Grr 10/05/2006 20:00

Vivre sur le compte en banque des autres, c'est tout un art. Non, non, c'est vraiment un artiste que tu as croisé.

Hell 10/05/2006 13:43

Quoiqu'il en soit, n'est pas artiste qui veut.Il en faut du génie pour mériter ce titre. Bien oui, je pense que c'est un statut qui s'acquiert comme un titre de noblesse.Beaucoup trop de loosers cherchent à se placer dans cette catégorie, uniquement pour fuir la réalité sur leur état.J'en ai connu un comme ça. Je suis même sortie avec lui. A. se disait réalisateur, pour impressionner les filles et se mettait à chanter de la bossa nova avec sa guitare à bout de souffle, pour les mettre dans son lit. Il vivait dans 12m² et se disait indépendant. L'artiste dans toute sa splendeur. Mais ça ne le gênait pas de vivre en comptant sur mon compte en banque.Même ses caleçons étaient fourni par son sponsor officiel Hell.Parce que bien entendu, il refusait de travailler pour bouffer. Rien n'était assez bien pour lui. Spielberg en personne aurait du lui téléphoner afin de lui proposer un projet ou alors, c'était rien du tout ! Il restait là toute la journée à attendre Dieu sait quoi en grattant sa guitare.Voyant que l'herbe serait plus tendre ailleurs, il n'a pas tardé à se mettre avec une vieille de dix ans son aînée, d'intégrer sa baraque en banlieue (alors qu'il refusait de quitter Paris auparavant) et de vivre totalement à ses crochets, sans à se soucier le moins du monde de ce qui allait advenir de sa vie.Artiste?Faut pas trop leur en demander, hein. C'est du politiquement correct. C'est comme le terme "technicien de surface" pour un balayeur ou "non voyant" pour un aveugle.Ici, le vocable "Artiste" désigne ni plus ni moins, le parfait minable qui ne veut pas avancer, trop névrosé pour se poser des questions à lui même, trop fainéant pour travailler, celui qui gangrène la liberté de ses proches, qui profite de leur générosité et qui n'a en plus, aucune gêne à perpétrer tous ces méfaits.Du coup, ce mot "Artiste" apparait de plus en plus comme étant péjoratif. On ne dit plus que PIcasso ou Léonard de Vinci étaient des artistes, mais bien des ... génies.Ne croyez vous pas?

Milan 02/05/2006 10:34

Ouiiii, le bouquin de Zemmour, j'en ai entendu parler... Il faudra effectivement que je le lise, je sens que c'est PILE mon theme de prédilection : les nouveaux rapports hommes-femmes. 

Thomas 30/04/2006 13:03

Bonjour Milan,je vous conseille la lecture de ce livre d'Eric Zemmour (celui qui fait le débat sur i-télé, "Ca se dispute") : http://www.fnac.com/Shelf/article.asp?PRID=1768183Une réflexion intéressante, je trouve, bien que l'auteur adopte parfois certains points de vue "dérangeants".Et nombre de sujets évoqués ici le sont aussi dans son livre (tops-models, le porno, la virilité, la féminisation du monde occidental, et j'en passe).