In God we trust

Publié le par Milan

Les Américains sont les champions mondiaux du show-business, et ils le prouvent encore une fois : dans leur dernière super-production, ils viennent d'élire un Noir à la Maison-Blanche (rien que cette phrase, c'est déjà un excellent titre).

Une évolution absolument spectaculaire, quand on pense à la ségrégation raciale encore si proche dans le temps. La communauté noire vient donc de s'offrir une formidable revanche positive, en accédant presque naturellement au poste le plus important du monde. Symboliquement, historiquement, cette élection est un évènement très fort pour l'histoire américaine et mondiale. Des leaders comme Gandhi, Martin Luther King, Nelson Mandela et bien d'autres ont souffert, ou sont morts, pour qu'un tel moment puisse se produire un jour.


Bien sûr, les minorités restent profondément défavorisées aux Etats-Unis. Mais prouver enfin l'égalité des chances, permettre à une minorité de prendre sa place dans l'histoire de la nation nationale, c'est un évènement tellement rare et précieux dans l'histoire d'un pays ! Un moment dont il faudra rapidement profiter pour faire évoluer la société. 

Je pense à ces figures black qui ont marqué leur époque : Martin Luther King, Mohammed Ali, puis Michael Jordan et enfin Barack Obama. Chacun de ces hommes a incarné une étape clé dans l'évolution de la communauté afro-américaine : la Conscience, la Contestation, la Séduction puis le Pouvoir.


Un autre jour en France

Et pour nous Français, difficile de ne pas se regarder en face : où en sommes-nous de notre propre relation avec nos minorités ? La réponse est évidente : comme dans beaucoup d'autres domaines, nous sommes à la traîne.

Les Noirs et Maghrébins français sont pour l'heure bloqués, quelque part avant la 3ème étape. Dans cette phase où la communauté est à peu près structurée, elle produit quelques vedettes médiatiques, surtout dans le domaine du sport et du show-business, et le plus souvent issues des milieux pauvres : pensez Zidane ou Jamel Debbouze. Et laissons de côté Diam's, voulez-vous.

Mais cela ne se traduit pas encore par une quelconque reconnaissance. La règle reste la
discrimination dans l'emploi, le logement, la représentation politique... L'ascenseur social restant bloqué, les quartiers pauvres continuent à s'enflammer, et même de plus en plus violemment. 

Le chemin vers le pouvoir est lent, trop lent sans doute, comme le montrent les difficultés d'une Rachida Dati à s'imposer comme ministre. "Elle ne s'appellerait pas Rachida, elle ne serait déjà plus ministre", dit un membre du gouvernement. Faux : si elle était un homme d'origine française, jamais elle n'aurait reçu autant de critiques.


Ceci dit, même si le monde change, certaines choses restent tristement constantes : comme la France, l'Amérique est peut-être prête à voter pour un Noir, mais certainement pas pour une femme...


Commenter cet article

Milan 20/11/2008 05:14

Ouaich' mais elle représente, tu vois ? pour tous les jeunes de l'an 2000, tu vois ?Pour l'anecdote, je crois qu'elle a des origines chypriotes. Les maisons de disques n'ont pas trop communiqué sur ce détail biographique ; tout le monde la prend pour une beurette, tant mieux : c'est plus pratique au niveau de la segmentation marketing.

pimpin 18/11/2008 22:56

Euh....Diam's c'est une 100% française non ? C'est juste qu'elle se donne un style ouech ouech ;-)