Vacances, soleil, touristes

Publié le par Milan

Meme a la plage, j'ai besoin de mon blog. Et donc de vous, mes chers lecteurs. Je vais vous expliquer pourquoi : je me pose plein de questions (je me pose toujours plein de questions) et grace a mon blog, je vous les pose, ca m'aide a savoir si vous aussi vous partagez mes interrogations et mes coups de gueule, si vous etes de mon avis ou non.

 

Theme du jour : le club de vacances

 

 Je passe mes vacances dans un hotel-club, dans une station balneaire d'un de ces pays ou rien ne coute cher. Une station a touristes occidentaux. Un enclos a touristes occidentaux, devrais-je dire (la preuve : il y a un check-point a l'entree)

Oh, je savais ou je mettais les pieds : j'ai choisi un hotel-club, et j'ai ce que je voulais : sports, activites, animations, etc... le contrat est donc respecte.

Mais rien a faire, je ne parviens pas a adherer vraiment a l'atmosphere, a me fondre dans la masse : j'esquive les soirees tarot, j'aime pas l'aquagym et je n'ai pas de momes a filmer lors du sacro-saint spectacle de fin de sejour.


Ulysse, ou es-tu ?


Il me semble que le voyage ne devrait etre accepte que dans le sens le plus fort du terme : une decouverte, une rencontre avec un ailleurs. Or une rencontre implique une reciprocite : je decouvre ton pays et ta culture, en retour je te fais partager mes propres origines.

Le "voyage" m'evoque invinciblement le mythe d'Ulysse, echoue chez les Pheaciens : "Assieds-toi, voyageur, nous sommes impatients de t'entendre conter les aventures qui t'ont mene jusqu'ici". Le voyageur est avant tout un aventurier, qui partage des recits avec ses hotes.



Mais dans mon enclos a touristes, meme grise par la vitesse de mon jet-ski qui vole sur les vagues, je suis bien loin d'Ulysse. Je l'imagine conter ses aventures, les chanter, sans doute, comme on le faisait a l'epoque.

(je me dis aussi qu'en jet-ski il aurait mis moins de temps a rentrer chez lui, mais c'est une autre histoire....)



Moi, je n'echange avec personne. J'arrive juste ici les poches pleines de devises, que je lache dans divers commerces et activites, a des autochtones soit trop collants, soit pas souriants, c'est selon. Je suis touriste : voyageur sans aventure.

Tout est deja prevu, prepare, pre-mache : le parachute, le raid aventure en 4x4 ou la sortie en mer, tout cela est calibre a la minute pres, pour des touristes qui se succedent a l'infini pendant 3 mois. Les "aventures" en carton qu'on nous propose sont comme une voie de chemin de fer, ou les gens se succedent comme de petits wagons.



Voila le drame du systeme touristique : certes, il fournit la possibilite logistique de visiter certaines regions de la planete, mais en meme temps, aprtout ou il s'installe, il pose un mur transparent entre la population et les visiteurs, qui ne se rencontrent plus, car ils sont, avant meme d'avoir esquisse un geste, englues dans une relation commerciale.


Bon, sur ce, je vous laisse, car c'est l'heure des jeux d'apero. La prochaine fois, je vous parlerai des animateurs de l'hotel-club, parce qu'ils commencent vraimemt a me gonfler.

 

Publié dans 1mec1fille

Commenter cet article

E. 09/08/2006 16:14

Curieuse moi? Jamais! :)

Milan 08/08/2006 23:08

Curieuse.... ! Non, pas Croatie. Mais pas loin...

E. 08/08/2006 13:23

Croatie?

Milan 08/08/2006 11:03

Eh non, ce n'est pas la Tunisie, même si ta suggestion était sensée... Je suis sur les plages d'Europe de l'Est (c'est à la mode en ce moment)Les destinations type Tunisie-Maroc & Co, ca ne m'attire pas du tout, c'est devenu l'arriere-cour des vacanciers français...Mais bon, ma destination devait etre tres semblable a tes vacances tunisiennes, je pense... Hotel-club, animations, usine a touristes, population un peu distante...

E. 07/08/2006 09:07

Moi aussi comme Pirouette çam'a fait penser à la Tunisie d'après ce qu'on m'a raconté et ce que j'ai pu voir et lire en reportage!