Un monde homosexuelle

Publié le par Milan

Série américaine contant les aventures d'un groupe d'amies homosexuelles à Los Angeles, « The L Word » n'a pas connu un énorme succès télévisuel.
Mais elle a réussi tout de même à rassembler une audience fidèle, autour d'une communauté lesbienne heureuse de gagner (enfin) un peu de visibilité.


Une audience dont fait partie Mme Milan, bien entendu.


Band of girls


« Sex & the City » avait défini les bases de la « bande de filles » : fortes, séduisantes, indépendantes, inséparables. Mais avec « The L Word », on passe à un niveau supérieur : on entre dans un monde uniquement composé de femmes. Toutes jeunes et sexy. Un monde sans hommes.


On croise certes quelques pâles figures masculines, mais sans dépasser le stade la figuration : un père conservateur psychorigide, un autre père infidèle et menteur, un colocataire pervers, ou encore un ex-petit ami aigri... Les hommes ne sont clairement pas les bienvenus dans le scénario.



Un monde sans hommes


Etrange spectacle que cette série : un ballet de femmes belles, libres, totalement indépendantes. Qui gagnent de gros salaires, conduisent de belles voitures, et surpassent les hommes dans l'art de l'orgasme féminin, au point de leur voler facilement leur fiancées. Des femmes également capables de procréer toutes seules, sans intervention masculine (à l'exception d'un petit tube de sperme gentiment offert).


Malgré les apparences, « The L Word » est en fait d'un produit télévisuel calibré, construit à partir d'études de marché pertinentes. Les actrices sont toutes hétérosexuelles, et la cible, malgré un noyau lesbien, est surtout féminine et hétéro. En somme, des filles normales qui aiment les séries et les histoires de coeur, à qui on apporte un petit « plus » en leur chatouillant le fantasme féminin.



Mâle à l'aise


J'ai regardé ue bonne dose d'épisodes, et je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir un malaise. J'ai fini par comprendre : cette série n'est pas réellement faite pour la communauté lesbienne. A force d'être montrée, l'homosexualité devient finalement une donnée accessoire. Le fond, en revanche, tient bien plus du féminisme poussé à l'extrême.


En fait, la série fantasme un monde d'où les hommes auraient été définitivement exclus. Un monde dans lequel il n'ont aucun rôle à jouer, aucune place utile. Un monde où les femmes pourraient les remplacer sur tous les plans... y compris en tant que parents.


Pas étonnant que la série rencontre du succès auprès d'une cible féminine 20-35 ans... Dont Mme Milan. Bon sang, ma feme déteste les hommes !? Chérie, il va falloir qu'on parle.

The L Word - Jenny

Commenter cet article

Grr 26/07/2008 21:33

J'avais vu la première saison et le début de la seconde à l'époque, mais je n'avais pas vraiment accroché. Probablement parce que je suis pas la cible et que toutes ces femmes m'ont lassé et agacé. Un peu trop "girl power" à mon goût.

Milan 19/07/2008 20:41

Merci Pimpin pour ton soutien incondtionnel :)E. c'est bien vu, effectivement le féminisme est tout à fait positif à l'origine, mais poussé à l'extrême il peut tirer sur la misandrie... tout comme les religions ont leur intégrisme.Excellente précision.

pimpin 17/07/2008 00:16

Malgré les apparences, « The L Word » est en fait d'un produit télévisuel calibré, construit à partir d'études de marché pertinentes. Les actrices sont toutes hétérosexuelles, et la cible, malgré un noyau lesbien, est surtout féminine et hétéro. En somme, des filles normales qui aiment les séries et les histoires de coeur, à qui on apporte un petit « plus » en leur chatouillant le fantasme féminin.Bien résumé (comme souvent d'ailleurs) !!

E. 15/07/2008 12:16

C'est de la misandrie plus que du féminisme...Le féminisme vise à obtenir des droits égaux à ceux des hommes (en gros), la misandrie professe l'infériorité de l'homme sur la femme...L'un n'empêche pas l'autre mais l'un n'est pas l'autre...Je me permets  cette petite disgression parce que je trouve que le mot féminisme est souvent employé comme un terme négatif alors que cela représente quelque chose de tout  à fait positif... :)