Top-models, la caste des inutiles

Publié le par Milan

Au tout début, un "mannequin" c'était une pièce de bois un peu sculptée, sans tête, destinée à exposer des vêtements à vendre sur les foires et les marchés.

De nos jours, les mannequins sont partout, dans les magazines même les plus sérieux, à la TV, dans le metro, dans mon bus, sur mon paquet de céréales, j'en vois des centaines par jour ! Mais dans le fond les fonctionnalités n'ont pas tellement changé : ça sert toujours à vendre des objets, et il n'y a toujours pas de tête.

Voilà un métier étrange, mené par une drôle de caste... Ces femmes (et quelques hommes) à peine plus jeunes que moi, sont tout simplement payés pour être beaux

Autant dire qu'ils ne font rien, quoi. C'est ça, leur job ? Ils perçoivent une rente parce qu'ils sont nés avec un visage et un corps pile dans l'esthétique de l'époque ? Je ne parviens pas à comprendre pourquoi la société décide ainsi de sélectionner quelques-uns de ses éléments et de les placer dans une situation privilégiée juste pour leur physique... quel genre de rite est-ce là ?


L'offre, la demande, tout ça

D'un point de vue économique, c'est une franche aberration :

Tout système tend à rémunérer en premier lieu les individus qui composent sa sphère productive : agriculture, industrie de base, énergie... des besoins les plus basiques de la société jusqu'aux plus évolués, chaque secteur trouve sa place avec un potentiel de profit plus ou moins élevé, selon les jeux du marché et de la politique.

A l'extérieur de la sphère, juste à la frange de la société, on trouve les "improductifs subventionnés" : ils n'apportent aucune contribution à la marche de la société ou à son confort matériel, et ne sont pas obligés d'être utiles pour pouvoir manger : la sphère productive leur reverse une partie de ses profits pour leur permettre de continuer à exister. On trouve dans cette frange les handicapés mentaux et les artistes.

Les top-models, eux, sont entièrement dans la sphère économique et sont soumis aux lois du business, mais en réalité, ils sont totalement inutiles ! Ce sont des improductifs cachés à l'intérieur du système !!

J'ai posé la question récemment à une amie, chef de produit pour une grande marque de cosmétiques, qui m'a raconté :

" Le monde des top-models, c'est n'importe quoi ! Quand je veux 'shooter' un parfum pour lancer une campagne, je suis obligé de dépenser des centaines de milliers d'euros juste pour 3 photos d'une nana qu'on va de toute façon retoucher complètement sur Photoshop.

Le photographe gagne une fortune pour quelques clichés, il s'entoure de dizaines d'assistantes et d'une coach artistique personnelle, il y a même des 'maquilleuses ongles' à 500 euros la journée !!

Bien sûr qu'on pourrait se passer de tout ce cirque, mais c'est sacré, comme une tradition religieuse, et aucune grande marque ne voudrait prendre le risque de se fâcher avec le microcosme de la mode. "


Dommages collatéraux

Que le microcosme des mannequins vive, comme une colonie de parasites, sur le dos des fabricants et des consommateurs, à la limite, ça pourrait être admissible.


Le gros problème, pour moi vient du fait que cette mini-industrie, cette colonie, a des effets néfastes sur le reste de notre écosystème :

1) Elle dévaste les mannequins elles-mêmes, des filles de plus en plus jeunes et de plus en plus fragiles. Un mannequin qui tente de faire carrière aujourd'hui est repérée dès 14-16 ans, souvent même avant. Devant les rêves de gloire, d'argent, de reconnaissance, ces filles et leurs familles sont souvent prêtes à sacrifier leur vie.

Vivian Diller et Jill Muir-Sukenick, deux psychologues qui se sont penchées sur les problèmes liés à cette industrie (étant elles-mêmes passées par là), l'ont bien décrit : les jeunes modèles sont aspirées par ce monde avant l'âge adulte, et cette vie hors du réel "gèle" leur maturité.

Pour ces adolescentes séparées de leur famille, l'agence de mannequins devient le vrai parent, et les filles développent un lien très fort sans voir qu'il doit s'agir d'une relation purement commerciale. De leur côté, les agences isolent et maternent leurs modèles... jusqu'à ce qu'elles rapportent moins d'argent.


2) Elle pollue la vie de toutes les femmes normales, qui lisent leurs magazines et culpabilisent en permanence de ne pas ressembler aux sacs d'os de 16 ans qu'on leur propose (impose ?) comme modèles. Modèles qui n'existent même pas d'ailleurs, puisque créés par ordinateur.

La dynamique du désir est terrible : quand nous regardons ces photos, nous les prenons pour réelles, et nous comparons inconsciemment avec notre propre image de nous. La perfection retouchée sur papier glacé, dans un décor de rêve, ne peut avoir qu'un seul effet : la lectrice se sent en infériorité, narcissiquement blessée, et va donc tout faire pour améliorer son image et la pousser vers cet idéal. Impossible à atteindre. D'où la souffrance quotidienne de toutes les femmes qui luttent pour perdre du poids, perdre des rides, perdre des fesses, etc...

 

Bien sûr, c'est positif d'être en forme et de se faire belle. Mais quand ça vire à la culpabilité permanente... Vous vous souvenez de ce passage dans Bridget Jones où elle réalise soudain qu'on se nourrit, au fond, pour vivre ? parce qu'à force de régimes, de luttes, d'envies, de craquages, la bouffe était devenue pour elle une telle phobie permanente (combien de calories) qu'elle en avait oublié pourquoi on mangeait...


Un jour peut-être
Je ne pense pas que l'exploitation de la beauté et du sexe pour vendre des produits va cesser bientôt. Aucun espoir, au contraire. Je sais que même pour me vendre une éponge à vaisselle on me présentera des jeunes femmes canon court vêtues dans des poses quasiment pornographiques. On s'y fait, ça devient banal.

Alors tout ce que je souhaite, c'est que dans le futur les top-models seront devenus entièrement virtuels... des créatures informatiques imaginaires. J'espère que tout ce petit microcosme parasitaire du fashion business mourra lentement de faim, comme une espèce en voie de disparition.

Qu'on ne verra plus de jeunes filles de 14 ans devenues anorexiques pour espérer "faire carrière". Qu'il n'y aura plus de "découvreuses de talents de 12 ans" rapaces qui arpenteront les rues des villes de l'Est. Que ce drôle de "métier", qui consiste à s'allonger devant un appareil photo, disparaîtra dans les oubliettes de l'Histoire.

 

 

Publié dans 1mec1fille

Commenter cet article

THX 28/06/2006 16:11

BonjourUn petit mess juste pour dire: je ne suis pas attiré par les tops modeles...j\\\'ai trops la sensation en les regardant qu\\\'elles sont: syntétiques. Et je trouve ca encore plus domage, que des grandes marques fassent miroiter des produits en sous entendant :: vous serez comme la femme toute retouchée que l\\\'on vous as montrés. Marre également des pubs a ga   uche et a droite ou l\\\'on voit une femme completement nue (pas que ca m\\\'atiure, bien au contraire...g meme failli avoir un accident à cause d\\\'une pencarte publicitaire pour des bas....je n\\\'ai meme pas compris pourquoi. peut etre tt simplement en faisant appel a ce qu\\\'il y as de plus bas chez l\\\'etre humain l\\\'envie, la jalousie.Il es impossible de nier que la sociétée tend vers l\\\'absurde. Quand on en viens a standardiser le poid, la taille, la couleur de cheveux, les yeux...pourquoi pas le QI pendant que l\\\'on y es (pour revenir la dessus)...Je rappele quand meme qu\\\'Hittler avais lui meme une vision en ce sens: la race parfaite (je suis a 200% contre) responsable de millier de morts; maintenant, les morts sont devenues des femmes (ou hommes) culpabilisant et complexant sur leur phisique qui ne ressemenble pas a ce que la sociétée nous montre a longeur de temps, jusqu\\\'au moment de manger a moitiée nues pour des raisons diverses.Quand a la création de manequins virtuels. je pense que cela pourrais arriver plus vite que certaines personnes ne pensent (au vu des progres...je me rappele ridge racer type4 sur ps1, l\\\'heroine ressemblait trait pour trait à une top modele (grain de peau mis a partet ca date :) )  et puis, cela me ferais moin de mal car a la fin, g parfois l\\\'impression qu\\\'elle deviennent plus des choses, des objet de culte, plus que des personnes ayant elles aussi leurs problemes et leur soucis (et non pas des femmes parfaites et sans soucis)bon remarquez, moi je complexe car je suis trops sensible et timide (ca doit etre plus ca le probleme chez les hommes ;) ). mais pour ca, y\\\'a rien a faire, pas de chirurgie lolEn esperant que je n\\\'ai bléssé personne;)

marjorie 25/03/2006 12:11

Enfin un langage sensé dans la bouche d'un homme, c'est si rare!!!Eh oui, nous ne sommes pas tous parfaits, et c'est tant mieux! Que les anorexiques aillent remplir leur frigo de pommes et de yaourts pour tenir un an en cas de famine, moi je le remplis de plein d'autres choses...Et perso, je n'aime pas les sacs d'os, alors je me demande bien pourquoi certains hommes ne revent que de tenir des squelettes dans leurs bras...

E. 17/03/2006 19:43

Mdr! Ma mère travaille dans le milieu industriel et le service marketing avait fait une affiche avec une femme nue, pas vulgaire, mais nue...ma mère a demandé pourquoi et le service marketing a fait une réunion d'informations sur sa campagne...c'est ma môman... :)

Milan 17/03/2006 15:37

;-) je suis bien d'accord !Ce dont j'en ai le plus marre dans la pub, ce sont les poses suggestives, parfois ouvertement sexuelles, pour te vendre un micro-ondes, de la brioche au chocolat ou 5 yaourts...J'ai l'impression qu'on me promet quasiment une pipe ou une partouze avec des filles de 18 ans au moindre achat (genre le parfum Axe en ce moment, dont la promesse est "vous allez collectionner les nanas")

KaBlam 17/03/2006 10:58

L'omniprésence de la pub est le vrais probleme...Imaginez (je m'adresse surtout au hommes, pour les filles je sais pas ;-)), vous êtes sur un quai de metro, vous tentez, avec toute la puissance de votre ethique, de négliger  la réclame affichée en 4/3 sous vos yeux, veritable fer de lance de la logique mercantile de ce monde technocrate (vous seriez pas un peu communiste vous? ;-)), quand , par hasard, votre regard se pose sur une une partie dénudé de chair rose (ou marron ou jaune, en fait peu importe...) exhibée par une affiche pour un produit quelquonque. Bêtement humain, vous vous attardez sur cette photo tout de même assez attirante et la, c'est le drame: sentant un reguard sur votre épaule, vous vous retournez vers, au mieux, un type comme vous qui compatiras, mais vous infligeras la honte d'un flagrant délit de matage, ou au pire, une jeune fille qui veras en vous un miséreux, sexuellement refoulé, qui s'excite sur des affiches de pub en attendant de commettre son prochain forfait...Le pire c'est qu'il ne vous aurez retenus le slogan de cette pub en quelques secondes...La pub c'est vraiment un piege.