Pourquoi on blogue ?

Publié le par Milan

Au début, le "phénomène blog", je trouvais ça un peu stupide. Les médias n'avaient que ces mots à la bouche, "blog", "blogueur", "blogosphère" , et criaient à la révolution comme si Jésus en personne avait débarqué à Roissy...

Or dans le blog il n'y a pas de grand saut technologique, c'est juste une version améliorée du bon vieux  site web perso, au fond.

 

Quand les médias s'excitent, c'est généralement qu'il ne va pas se passer grand-chose (exemple : le blog de l'an 2000... non, le "bug", pardon, j'ai lapsucé). Et il ne s'est effectivement pas passé grand-chose : les internautes se sont appropriés les blogs calmement, et ça n'a pas remplacé les autres médias ni les autres moyens de communication. Ce qui signifie donc que le blog a un usage bien à lui, bien à part. Mais lequel ? Pourquoi on blogue ?

 

J'ai l'impression que dans la plupart des cas, on retrouve une fonction de journal intime ouvert ; même pour ceux qui traitent de politique ou de cuisine sans parler de leur vie sexuelle, il s'agit finalement de donner à lire leurs états d'âme, au jour le jour, leurs coups de gueule et coups de coeur.

Prenez par exemple le blog de l'un des hommes les plus sinistres de la planète, Alain Juppé, et bien même lui il a des petits sentiments tout partout qui ne demandent qu'à s'exprimer : "Je ne ressens aucune impatience. Seulement un grand besoin de calme après la tempête qui, au fond de mon coeur, n'est pas encore tout à fait apaisée". C'est pas mignon ?

 

Après, il y a ceux qui parlent franchement de leur vie sentimentale, voire sexuelle, et qui nous emmènent dans leur intimité. Pour le pire ou le meilleur ! J'ai vu des Skyblogs dé-ses-pé-rants d'ados qui ne savent écrire que des SMS (ils rédigent aussi leurs dissertations en langage SMS ?? "Koman dire Le Cid g tro kiffé pasque ya plein 2 rimes"). Allez je ne peux pas résister au plaisir de vous filer quelques adresses : Zbeul, Princesse2Mars... 

 

Et puis j'ai lu, je lis, régulièrement, chaque jour en fait, des blogs de gens que j'aime bien, dont j'apprécie le ton, l'humour ou la vision de la vie - alors qu'au fond je ne les connais pas du tout ! Pour ne citer que les plus intéressants que je connais : les vingtenaires, Bouc&Moustache, Marjorie, Donjuju... (et une pensée pour Pimipin qu'est mort).

 

Parcourir les blogs, d'une certaine façon, c'est comme être dans une grande bibliothèque où un conservateur un peu fou aurait réuni tous les journaux intimes trouvés ici et là. Un immense assemblage de carnets intimes ouverts, de vies exposées, dont on ne connaît pas les protagonistes, mais on les imagine tellement bien ! Et puis ils font un écho les uns aux autres, comme une grande et belle fresque humaine... Par exemple, ce matin au hasard de ma blogitude, je lis un post de Mel, qui dit que sa vie, "c'est de la merde" et qu'elle aimerait ressembler à... une blogueuse plus connue (!), Nina.

Tous ces blogs, c'est devenu ma lecture quotidienne (moi qui m'étais promis de lire des grands classiques cette année, ça commence mal...)

 

Ecrivain de blog

Pour celui (celle) qui écrit, au fond, c'est fabuleux : on peut raconter sa vie pendant des heures, sans saoûler ses amis (qui la connaissent par coeur et font souvent chier avec leurs conseils) et en trouvant soutien et compréhension auprès des internautes. Il y a toujours un échange, toujours une bonne discussion prête à démarrer chez soi ou sur un blog voisin... Je me demande parfois si ce n'est pas un peu l'équivalent du bistrot de nos aïeuls, où l'on s'en allait papoter de tout et de rien à la sortie du boulot.

Mais il y a un effet bien plus fort encore : ton opinion prend soudain une énorme valeur. Chaque truc que tu dis est lu par des milliers de personnes, qui laissent des milliers de commentaires (là je ne parle pas de mes stats, mais de celles des autres...).

 

Autrement dit tu as réalisé ton grand fantasme, tu es -presque- devenu Carrie Bradshaw dans Sex and the City : elle a une vie sentimentale pleine et fascinante, qui tient en haleine des milliers de lecteurs

Elle est même renommée, les gens ont entendu parler de sa chronique. Les mecs qu'elle rencontre savent qu'ils vont faire partie de son oeuvre apres avoir fréquenté son lit ! Même Zola, le plus grand des écrivains naturalistes avant elle, n'était pas aussi gâté !

Et sa vie toute entière tourne autour de ça, puisque sa chronique-vie, c'est en même temps son passe-temps et son gagne-pain ! (pain et chaussures Prada...)

Pour tous ceux qui blogguent au boulot au lieu de bosser (genre moi), vous pouvez presque vous y croire : vous êtes payé pour bloguer !

 

Publié dans 1mec1fille

Commenter cet article

E. 14/02/2006 13:14

Mdr le "c'est de la faute des autres si je suis un salaud"... :)

Grr 14/02/2006 13:11

Franchement, si j'avais des filles à mes pieds juste à cause d'un blog, j'en profiterais tout en me disant "mais qu'elle conne, elle me connait pas".
C'est vrai, je ferais sûrement mon salaud (en me forçant car je suis gentil à la base) mais ce seraient leurs fautes (irresponsable aussi).

Milan 10/02/2006 11:08

Effectivement, d'autant plus que ça peut parasiter ton écriture : si la majorité des lecteurs sont des mâles en chaleur qui attendent des récits sexuels, tu vas avoir du mal à faire passer d'autres sujets (grand dilmene que tous les écraivains connus ont dû affronter...)C'est épatant ce phénomène naturel d'Internet : comme on communique avec des gens viruels, je pense qu'on a tendance à les idéaliser tout de suite en leur prêtant des caractéristiques qu'on cherche chez quelqu'un.

Nina 10/02/2006 00:52

Oui mais parfois, c'est lourd... D'un côté, certes, c'est flatteur tous ces mecs à mes pieds virtuels mais des fois, ils sont un peu trop insistants... Je me sers pas de mon blog pour faire mon marché...

Milan 09/02/2006 11:35

Oui, j'ai vu ça sur ton blog, les mecs te lancent des fleurs, te font des propositions et des déclarations d'amour...C'est comme Meetic : derrière l'écran, tout est possible, on fait n'importe quoi, c'est une vaste foire mythomane...